Maison écologique basse consommation - Jean-Yves Quentric


Présentation

 

La réalisation

 

Les entreprises

 


LE NERF DE LA GUERRE : LE BUDGET !

En pleine crise des subprimes, c’est à la BNP PARIBAS que j’ai trouvé mon financement. Ils m'ont consenti des conditions très correctes par rapport à ce que je pouvais trouver sur le marché à ce moment là.

En effet, la construction "traditionnelle" de performance minimaliste imposée par la RT 2010 tournait aux alentours de 1400 à 1500 € le m2 selon le niveau de finition. Une augmentation de ce tarif pouvait être envisageable que dans la mesure où la performance en consommation engendre une économie financière à l'usage qui devient rentable... si l'investissement est "raisonné"! Par exemple, je rêvais d'un puits canadien, mais compte tenu de la nature des sols, creuser le calcaire "sain" sur la longueur et la profondeur requises aurait entraîné des coûts dont mes petits enfants auraient vu le retour sur investissement!!!

Nous devions pouvoir terminer le projet aux alentours des 2100 €/m2 pour une consommation d'énergie calculée pour le chauffage de quelques 700 €/année. Si ces chiffres se confirment, nous serons donc très économiques car être 20% plus cher mais permettre des coûts d'énergie à ce niveau est performant ! (Et l'inflation des coûts des énergies prévisible rendra ce type de projet de plus en plus attractif financièrement. La valse des augmentations d'EDF n'a fait que commencer!). Nous avons en fait fini avec un budget à 2500,00 €/m2. Mais cela est dû au nombre de choix sur la qualité des composants, la performance de l'isolant de toiture (Sandwich Knauf très performant), etc...

LES CHOIX TECHNIQUES

Après une première période de réflexion sur toutes les possibilités, nous nous sommes donc orientés vers les choix suivant : · « ossature » en pierre du Gard. Les carrières ne sont qu’à quelques kilomètres. Sa performance en inertie thermique est excellente et propice pour notamment maintenir un habitat frais en été. Sa production passe par sa découpe et sa pose. Pas de traitement, pas d’emploi de substance quelconque de finition, donc une trace carbone la plus faible possible.

L’étude du Bureau d'Etude Thermique permet de définir : ·

- Le dimensionnement de l'assise des murs en pierre du Gard permettant d'obtenir l'inertie recherchée mais évitant de mettre en oeuvre une masse de pierre excessive (coût de la pierre, coûts des fondations induites),
- Le dimensionnement
des isolations en fonction des matériaux choisis, ·
- Les vitrages préconisés, ·
- Le système de ventilation (VMC simple ou double flux, puits canadien…), ·
- Les préconisations pour le système de chauffage, ·
- Les préconisations en Eau Chaude Sanitaire, ·
- Les bénéfices potentiels d’installation(s) solaire(s)

Puis en fonction des choix optimisés à mi-chemin entre performance idéale et coûts réalistes, le bureau d’étude thermique va avancer des calculs de performances, des évaluations de coûts et en tirer un bilan économique quant à sa rentabilité dans le temps, sa compatibilité avec le « RT » en vigueur… Au moment de l'étude (2008), nous en étions à la RT2005 et bien évidemment, nous serons bien au-delà de cette norme. Nous devrions être même au-delà des normes attendues pour 2012...

Le problème de ce genre de projet de maison écologique est l'utilisation de valeurs calculées (DTU) par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment). Or l'obtention de ces valeurs a un coût significatif et nécessite que les matériaux mesurés soient strictement homogènes... Or la pierre du Gard n'est pas strictement la même d'une carrière à l'autre, voire même d'une partie de la carrière à une autre! La nature est facétieuse, n'est-ce pas? C'est pareil pour la paille. Comment s'assurer d'une parfaite régularité de constitution d'une botte à une autre? Les calculs sont donc réalisés avec des valeurs approchées, certainement bien assez proches de la réalité. La performance prévue actuellement est de 37 Kw/m2/an. Sachant que la RT2005 est à 200, que la RT2012 devrait être à 50...

Isolation dans les combles : soit une charpente en fermette et la pose de plafonds... donc une isolation en ouate de cellulose ou bien charpente traditionnelle apparente avec isolation en complexe isolant de bonne performance.. · La seconde solution est moins écologique car les complexes isolants sont fortement industrialisés et constitués de matériaux tels que polystyrènes... Par contre, cela permet des volumes intérieurs magnifiques et les performances en isolation sont étonnantes.

Isolation murale extérieure afin de maintenir l’inertie thermique de la pierre, ce qui est beaucoup plus performant que l’isolation « traditionnelle » intérieure. Cela permet également de bien mieux gérer les ponts thermiques. Après bien des recherches sur le matériau d’isolation, son coût et sa mise en œuvre, nous avons finalement opté pour la paille de riz de Camargue. Son R est aussi bon que celui de la paille de blé, mais avec un « plus » : la paille de riz est naturellement siliceuse donc hydrophobe. La paille de riz est donc peu putrescible et la silice la rend toxique pour les rongeur... ce qui est donc excellent en construction. ·

Un chauffage solaire (capteurs thermiques) alimentant un réseau basse température au sol couplé sur une cheminée Edilkamin permettant en période hivernale de chauffer également l’eau de chauffage. L’inertie thermique du chauffage est obtenue par une réserve de 600 litres d’eau pour stocker les calories. ·

Une VMC double flux afin de réduire les déperditions liées à la ventilation.

Toilettes sèches à litières bio-maîtrisées (voir le site de Joseph ORSZAGH (www.eautarcie.com) et Toilettes à lombri-compostage ECODOMEO. Ces choix permettent de valoriser cette biomasse en la compostant et de réduire considérablement la consommation d'eau puisque cela supprime les chasses d'eau.

Traitement des eaux grises par phyto-épuration AQUATIRIS (traitement des eaux par les plantes). Ces eaux sont ensuite utilisées pour alimenter un bassin d'agrément planté. Les trop-pleins sont ensuite évacués vers le réseau d'eaux de pluie. · Récupération des eaux de pluie pour usage extérieur (arrosages) et intérieur (machine à laver).

PRESENTATION
Introduction
Le contexte humain
Budget et choix technique
Description
L'énergie et l'eau

Eolien et photovoltaïque

LA REALISATION
Fondations et murs
Charpente et toiture
Isolation et enduits
Phytoépuration et bassin planté
Les finitions : cheminée, pergola
Eolienne et photovoltaïque
LE CONTEXTE HUMAIN, LES ENTREPRISES
Pascal Vinette, architecte
Gaël Rolland, Thomann-Hanry, carrière de pierre
Rénald Sinet, tailleur de pierre
Sylvain Bérard, charpentier couvreur, isolation extérieure
Jean-Louis Girard, Savener, énergies renouvelables, plomberie, électricité, chauffage
Pierre-Philippe Sturacci, menuiseries extérieures et intérieures, parquets, placards
Jérôme Goudet, G+ Rénovation, cloisons et isolation intérieure
Demba Coulibali, Technic Façade, enduits extérieurs
Kévin Quentric, Installateur partenaire Aquatiris, phytoépuration
Sébastien Sa, terrasement et travaux publics
Florent Carrio, Ecosistems, installation éolienne et photovoltaïque

Les partenaires et fournisseurs
Phytoépuration : Aquatiris
Toilettes à lombri compostage : Ecodomeo
Agro-écologie : Terre et Humanisme
Fournisseur d'électricité écologique, coopératif et citoyen : Enercoop
Constructeur d'éolienne : Skystream
Fabricant de panneaux solaires Azur Solar 2P
Microonduleurs Enphase M215

 

Me contacter :
jeanyvesquentric@e-gard.fr

Articles de presse

Reportage FR3 décembre 2011

Sites à connaître
L'ADEME :
Agence De l'Environnement de la Maîtrise de l'Energie

CRIIREM
Centre de Recherche et d'Information Indépendant sur les Rayonnements ÉlectroMagnétiques
Négawat
Sobriété, efficacité, renouvelables

Expérimentation des éoliennes :
SEPEN

Informations sur l'environnement : Environnement lançonnais
(Excellent site de mon ami Alain Kalt)

Informations légales